Réseau régional
Troubles du langage et déficits d'apprentissage

Un nouveau projet d’extension pour Résodys : les formes inattentives pures de TDAH

La prise en charge du TDAH (environ 5% de la population), en particulier dans sa forme non psychiatrique dite inattentive pure, qui en représente environ la moitié des cas, est en retard flagrant en France par rapport aux autres pays industrialisés, et dans notre région par rapport à d’autres régions de France. Résodys se propose d’aménager la structure actuelle du réseau des troubles d’apprentissage pour lui permettre de répondre à ce nouveau besoin au niveau régional.

Les troubles de l’attention, accompagnés ou non d’hyperactivité, représentent un domaine complexe de la pathologie neuropsychiatrique pour lequel l’avancée considérable des connaissances n’a pas été suivie dans notre pays d’une évolution proportionnelle des modes et des structures de prise en charge
Les formes comportant des troubles du comportement, et celles se traduisant seulement par des troubles d’attention, bien que relevant probablement de mécanismes similaires, s’opposent fondamentalement sur plusieurs points, dont le type de spécialiste consulté (psychiatre pour les premières, neurologue et neuropsychologue pour les secondes), l’aisance du repérage (bien moindre lorsqu’il n’y a pas de manifestations extériorisées), et la nature du risque évolutif (évolution vers des pathologies psychiatriques et des troubles du comportement pour les premières, compromission des possibilités d’apprentissage, réussite scolaire et académique pour les seconds).
Il existe dans notre région un sous-repérage évident de ces troubles, qui ne peut être compensé que par une action concertée au niveau régional associant les différents acteurs du système de soins et du système éducatif.
Il est par conséquent impératif d’améliorer la prise en charge de ces enfants et adultes, ce qui ne peut se faire que par une action à plusieurs niveaux :
- améliorer le repérage, en impliquant les services de santé scolaires et en améliorant l’information auprès du grand public
- améliorer les étapes du diagnostic, en appliquant les recommandations des études de consensus récentes
- améliorer les indications thérapeutiques ce qui sous-entend la promotion d’une action en réseau de différents professionnels : spécialistes prescripteurs (neurologue, neuropédiatre), mais aussi pédopsychiatres, neuropsychologues, et l’ensemble des praticiens rééducateurs concernés.
Dans la majorité des pays ayant une politique spécifique envers cette pathologie, les médecins praticiens sont en première ligne et donc les cibles principales des actions de formation et de communication sur les préconisations et bonnes pratiques.
La mise en place récente par Résodys d’un corps de médecins-réseau compétents en matière de troubles d’apprentissage fournit l’opportunité idéale pour aborder cette nouvelle problématique au sein du réseau. A terme, les médecins réseau devraient être capable de dépister efficacement les troubles d’attention, de juger de leur sévérité, de proposer les explorations complémentaires nécessaires, et les orientations vers les différents autres acteurs du dispositif. L’adjonction d’adultes à la clientèle potentielle du réseau implique la formation de nouveaux médecins réseau, incluant des neurologues et accessoirement des psychiatres d’adultes. L’accès à la prescription de Méthylphénidate, seul médicament autorisé en France dans cette indication, nécessitera en outre l’extension du réseau à un certain nombre de spécialistes hospitaliers identifiés.
Par ailleurs, la tradition de pratique multidisciplinaire, centrée sur l’approche neuropsychologique des troubles cognitifs de même que nos relations privilégiées avec les responsables de l’Education nationale et le corps enseignant fait de Résodys le candidat idéal pour concevoir et abriter une structure spécialisée autour de cette problématique. Le personnel du SESSAD spécialisé géré par Résodys est particulièrement compétent pour organiser la formation des personnels de chaque discipline autour de ces questions et pour concevoir une collaboration optimale avec le milieu scolaire dans lequel ils évoluent, expérimentant quotidiennement l’interaction optimale entre praticiens de soins et de l’éducation.