Réseau régional
Troubles du langage et déficits d'apprentissage

TDAH : Recommandations HAS pour le médecin de premier recours Conduite à tenir en médecine de premier recours devant un enfant ou un adolescent susceptible d’avoir un trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité

Le texte des recommandations de l’HAS concernant le TDAH a été rendu public en décembre 2014. Il s’agit d’une étape importante dans la prise en considération officielle des troubles d’apprentissage, un texte équivalent devant être bientôt rédigé pour les autres troubles dys.

Après des mois de réunions de représentants des différentes "sensibilités" autour de cette délicate question, un texte consensuel a pu être produit. Le texte figure in extenso sur ce lien.
Nous reproduisons ci-dessous la fiche de synthèse qui en reprend les principaux points.

MESSAGES CLÉS

  • La prise en charge du TDAH repose sur une démarche collaborative entre le médecin de premier recours et le médecin spécialiste du trouble.
  • Le médecin de premier recours a pour mission d’engager une démarche diagnostique, d’initier une prise en charge et d’orienter si nécessaire l’enfant vers un spécialiste du trouble (ayant acquis une compétence dans le diagnostic et la prise en charge du TDAH ((pédopsychiatre, psychiatre, pédiatre, neuropédiatre, neurologue).
  • Il s’agit d’un trouble chronique, qui peut persister à l’âge adulte.
  • Le retard diagnostique peut conduire à une aggravation des conséquences psychologiques, scolaires et sociales.

REPÉRAGE PAR LE MÉDECIN DE PREMIER RECOURS

Signes d’appel évocateurs d’un TDAH

  • Plaintes ou difficultés exprimés par l’enfant ou émanant de sa famille ou de l’entourage (scolaire, extra-scolaire, etc.).
  • Apparus avant l’âge de 12 ans, ayant des répercussions négatives au niveau familiale, sociale et scolaire, observés dans différents environnements (familiale, scolaire, extra-scolaire) et persistants au cours du temps (> 6 mois).
  • À apprécier en tenant compte de l’âge, du stade développemental, du niveau scolaire et du contexte de vie de l’enfant.

ÉVALUATION PAR LE MÉDECIN DE PREMIER RECOURS

  • Entretiens avec l’enfant et ses parents (ATCD médicaux et familiaux, sphère familiale, environnement scolaire, etc.).
  • Examen clinique de l’enfant.
  • Recueil d’informations complémentaires auprès des parents et des enseignants (SNAP-IV, Conners,ADHD-RS, etc.).
  • Recherche des diagnostics associés (comorbidités) ou différentiels.

DANS L’ATTENTE DU DIAGNOSTIC : RÔLE DU MÉDECIN DE PREMIER RECOURS

  • Orienter vers un médecin spécialiste, en cas de suspicion de diagnostic de TDAH.
  • Informer la famille que cette hypothèse diagnostique doit être évaluée et confirmée par un spécialiste du TDAH. C’est ce spécialiste qui proposera la prise en charge la plus adaptée à l’enfant.
  • Accompagner l’enfant et sa famille par des conseils et stratégies pour les aider à gérer les difficultés au quotidien.
  • Expliquer les spécificités du TDAH afin d’aider l’enfant et sa famille à relativiser leur part de responsabilité, les informer de l’existence d’associations de patient.
  • Débuter la prise en charge des comorbidités déjà identifiées.

SUIVI PAR LE MÉDECIN DE PREMIER RECOURS

  • Organiser le suivi en coordination avec le spécialiste et les autres intervenants prenant en charge les comorbidités.
  • Assurer un suivi régulier de l’enfant et de sa famille.
  • Suivre l’évolution des symptômes en fonction des prises en charge et les adapter si besoin.
  • Surveiller l’évolution des symptômes au niveau médical, psychosocial, scolaire et psychologique.
  • Adapter la fréquence du suivi en fonction de la sévérité des symptômes et des comorbidités.