Réseau régional
Troubles du langage et déficits d'apprentissage

Giraud et al., Cerebral Cortex 2005 Auditory Evoked Potential Patterns to Voiced and Voiceless Speech Sounds in

Dans cet article, neuf adultes ayant une histoire personnelle et familiale de dyslexie ont passé deux types de tests visant à explorer un éventuel trouble de la perception auditive au niveau cérébral dans la distinction entre deux syllabes ne différant que par le voisement ([ba]/[pa]). Dans un premier protocole, appelé perception catégorielle, on montre que ces adultes présentent, à des degrés divers, des difficultés à effectuer cette distinction, en particulier lorsque les syllabes présentent une ambiguïté perceptive (frontière catégorielle). Dans une deuxième expérience, les mêmes sujets de même que 10 témoins non dyslexiques, reçoivent un examen par potentiels évoqués auditifs, une procédure développée dans le laboratoire du Dr Chauvel, à la Faculté de Médecine de la Timone. Grâce à cette procédure, il est possible de suivre de façon très précise le décours temporel du signal électrique provoqué par chaque phonème entendu : ainsi, celui résultant de l’écoute de la syllabe [ba] est clairement différenciable par le nombre et le timing des événements électriques observables de celui provoqué par la syllabe [pa], pourtant très proche acoustiquement. Les dyslexiques présentent de nettes anomalies de cette activité électrique, suggérant une perturbation profonde de l’organisation spatio-temporelle de la mise en activité des neurones perceptifs auditifs, probablement au niveau du cortex supra-temporal de l’hémisphère gauche. En outre, une représentation cartographique de l’activité électrique montre que celle-ci est mal latéralisée (donc anormalement bilatérale) chez les dyslexiques. Ces constatations sont très en faveur d’un trouble du développement des mécanismes cérébraux de la perception des phonèmes à l’origine des difficultés d’apprentissage. Ils montrent en outre que même adulte, le dyslexique garde des stigmates d’anomalies probablement originaires des premières étapes de l’acquisition du langage.
Cette étude a été réalisée grâce à l’aide de l’association Apédys.