Réseau régional
Troubles du langage et déficits d'apprentissage

Dyslexie et troubles apparentés : la rencontre des disciplines

Le 10 octobre 2008, date symbolique retenue pour la deuxième année consécutive pour la journée nationale des ’dys’, Résodys se propose d’organiser à Marseille, en collaboration avec le Conseil Général des Bouches du Rhône, une équipe médicale lyonnaise et deux équipes partenaires du secteur médico-social, une réunion consacrée aux rôle respectif des différents acteurs, ceux du domaine scolaire, ceux du domaine sanitaire et ceux du domaine médico-social. [1]

L’objectif de cette réunion est de donner la parole aux représentants de chacun de ces domaines pour tenter de définir les lieux de convergences possibles et/ou souhaitables en vue tout à la fois d’une meilleure intégration de l’enfant au sein de l’existant et d’une utilisation mieux concertée, et donc plus rationnelle, voire, si nécessaire, revisitée, des dispositifs actuellement disponibles. Une partie de cette réunion sera donc consacrée à la façon dont l’Ecole peut et doit intégrer les apports des autres partenaires, sanitaires et médico-sociaux. A travers quelques exemples où cette intégration a été réussie, la question de l’organisation d’un lien optimal entre les acteurs pédagogiques et les professionnels du soin sera débattue. La réponse d’ordre sanitaire a été confiée par le plan d’action de 2001 aux centres référents des CHU, mais aussi aux réseaux qui se développent, de façon inégale sur le territoire, pour compléter le dispositif. Une participation des différents réseaux ’dys’ existants sera sollicitée et une partie de la réunion sera consacrée à un forum destiné à croiser les expériences de chacun et à constituer une fédération nationale des réseaux ayant des objectifs communs. Enfin, la place du secteur médico-social dans la prise en charge des troubles d’apprentissage sera analysée par la présentation de l’expérience de plusieurs équipes distinctes ayant développé ce type d’approche, soit selon la formule aujourd’hui bien établie des CMPP, ou encore sous la forme de services plus mobiles tels que les SESSAD. En trame de fond de cette analyse, se dessine inévitablement la dialectique du "psy" et du "neuro", dont une vision trop manichéenne a souvent mené à des incompréhensions toujours plus néfastes qu’utiles. Sans prétendre pouvoir résoudre de manière définitive le débat théorique sous-jacent, seront toutefois esquissées quelques situations mettant à l’œuvre une dynamique positive d’interfaçage entre praticiens de formation différente, pour le bénéfice des enfants en souffrance et de leur famille à la recherche de solutions cohérentes.

 [1]

Notes

[1Une réunion grand public sera organisée le lendemain, samedi 11, par les associations de parents, sur le même modèle que celle de l’année 2007, qui a obtenu un vif succès populaire.