Réseau régional
Troubles du langage et déficits d'apprentissage

Article : Qu’est-ce qu’un SESSAD-DYS ?

Un SESSAD, ou « service d’éducation spéciale et de soins à domicile » est une structure médico-sociale qui relève grossièrement des mêmes dispositions légales que les établissements classiques (IME, CAMSP, CMPP, IR…), mais où l’intervention des professionnels se réalise au plus près du lieu de vie de l’enfant, le domicile parental, d’où son nom, mais plus souvent l’école, voire les lieux d’activités extra-scolaires. Les SESSAD, selon l’ex ‘annexe XXIV’ (modifiée par les articles D.312-55 à D.312-58 du code d’Action Sociale), assurent trois missions principales :
- le soutien à l’intégration scolaire et à l’acquisition de l’autonomie.
- le conseil et l’accompagnement de la famille et de l’entourage en général.
- l’aide au développement psychomoteur et aux orientations ultérieures.
La souplesse et la mobilité de ces structures leur permettent d’assurer un accompagnement à la fois éducatif, pédagogique et thérapeutique, articulé au sein du projet individualisé de chaque enfant ou adolescent, quels que soient son âge et le niveau de son handicap.
Enfin, et par définition, les SESSAD comportent divers personnels rééducatifs (orthophoniste, psychomotricien, neuropsychologue…), pédagogiques (enseignant spécialisé) et éducatifs (Educateur spécialisé).

On voit donc que la formule pourrait être fort pertinente pour traiter les enfants souffrant de dyslexie sévère. Pouvoir non seulement réaliser les rééducations souvent multiples et complexes que requiert le trouble de ces enfants, mais également observer et considérer l’enfant dans le milieu précisément où se manifeste son trouble, la salle de classe, est un avantage évident qui pourrait inciter à généraliser ce mode de prise en charge pour les enfants dys dès qu’ils atteignent un certain degré de sévérité. Pourtant, il n’existe encore aujourd’hui en France que très peu de SESSAD consacrés aux troubles sévères d’apprentissage. L’explication est évidemment le coût important de ces dispositifs, mais aussi sans doute un certain défaut de passage à l’acte de la part des directeurs d’établissements actuels qui n’ont pas pris la mesure de l’importance que prend aujourd’hui la problématique des troubles spécifiques.
Dans la mesure où Résodys avait jusqu’alors développé une compétence particulière sur la prise en charge de ces enfants, , la notion de SESSAD s’imposait comme une suite logique à l’action développée par le réseau, permettant une réelle prise en charge de la totalité des aspects du handicap dont souffrent ces enfants.
C’est pourquoi, après deux ans de réflexion nécessaires pour monter le dossier, un "SESSAD –DYS" a enfin ouvert en octobre 2008 à Marseille, par arrêté préfectoral autorisant le financement de 10 places à titre expérimental. Le bilan à deux ans de la structure a été publié et se trouve entre les mains des autorités de tutelles qui doivent décider ou non de sa pérennisation.